Stylisme – Costumière

miss-france

IMG_1172
PINK LADY pour le salon « Fruit Logistica Fair » à Berlin                       Robes réalisées pour Miss France

 

 

IMG_1156IMG_1154

IMG_1153

IMG_0461
Tailleur mariage mairie « conceptuel, chic et hype » Crêpe de soie, Liberty

DOSA2
Dos à deux, 2ème acte                    Cette pièce sans paroles emprunte son thème et ses personnages, Didi et Gogo, à l’oeuvre de Beckett « En attendant Godot » : une attente sans fin dans laquelle deux clowns lunaires errent avec une poésie et une tendresse rares. Seuls au monde, ils attendent quelqu’un dont on sait qu’il ne viendra jamais. Et pendant ce temps suspendu, ils trouvent sans cesse des jeux absurdes, des disputes sans fin, des retrouvailles tendres pour essayer de combler le silence. Des rires aux soupirs, ces êtres d’enfance s’agrippent, se repoussent, se portent, se supportent

« …rythme, tonicité, précision alliés à une riche expressivité du geste et du visage. La tension dramatique est pétrie d’humanité. »J.P. Siméon – L’Humanité

« Poésie burlesque, humour ravageur, chorégraphie originale, les mots sont parfois impuissants pour décrire la richesse du langage corporel quand il est poussé à son apogée.»Femina Hebdo

DIRECTION CRITORIUM

DIRECTION CRITORIUM de Guy Foissy
Mise en Scène : Eléonore ven den Bogart

Avec : Cathy Darietto, Christiane Conil et Tania Sourseva
Scénographie : Reno Ars.
Design sonore : Rico Blanco
Lumières : Jean Marc Solera
Stylisme : Aliénor de Cellès

…………………………………………………………………….
Synopsis :
Trois femmes ont envie de crier, elles se retiennent et attendent un autobus qui n’arrive pas. Celui qui pourra les emmener là bas. Dans cette société post moderne dans laquelle les liens hommes femmes se sont délités, le rapport entre les individus est reduit au strict minimum. Comme seul exutoire, le Critorium permet à chacun d’aller pousser son cri interdit partout ailleurs…ça fait du bien. Alors on peut rentrer chez soi.

Pour l’instant… la pression monte.
Ces trois femmes désemparées livrent à leur insu une partie d’elles-mêmes et offrent à la caméra leurs fantasmes dissimulés.
……………………………………………………………………..
Note du metteur en scène
J’ai longtemps cherché un texte comme celui-ci qui dépeindrait la vision d’un monde à la dérive, filtré par le regard de la femme. Ici, trois archétypes féminins rassemblent à eux seuls l’essence même de la féminitude. Animalité, matérialisme, folie et candeur se mélangent dans ces trois personnalités bien distinctes.

J’ai voulu mettre en relief les fantasmes, les non-dits, les failles respectives des personnages. Tout se qui n’est pas écrit, qui n’est pas dit mais qui transpire comme une évidence. La projection des visages gros plan des comédiennes dans leurs cris intimes sur l’ écran simulant l’abri bus apporte une couleur supplémentaire à ces personnages aux multiples facettes.

La dimension sonore joue également un rôle à part entière. Différent éléments sonores soulignent la tension et le danger permanent. Une nappe de fond donne une vraie matière au silence en lui apportant une vibration particulière lorsqu’elle s’arrête. Chacun de ces éléments entrent en interaction avec l’environnement et les trois personnages.

http://www.levillagedesfacteursdimages.org/spip.php?rubrique22

Emission « on achève bien la culture » France 4

Costume de Christine Berrou en concordance avec le thème de sa chronique.

Chanson :

Clara Plume – vidéo clip

Publicité DMLA